[ SPORT - BASKET] Fos Provence en quête de rachat.

7 mai 2019 à 5h00 par Patrick MONROE

RADIO CAMARGUE

Le champion de France en titre s'annonce à la Halle Parsemain. Il faudra être valeureux.

112 points encaissés à Dijon, 116 trois jours plus tard à Gravelines lors d'une rencontre au cours de laquelle l'Américain Karvel Anderson a battu le record de paniers à trois points (12) dans un match depuis la création de la Ligue, en 1987... Inutile de se voiler la face, la semaine a été particulièrement compliquée pour les Provençaux.

Deux opérations portes (grandes) ouvertes qui font désordre pour les "B & Y" et pas forcément bienvenues dans le sprint final du championnat. "Même si nous avons affronté des adversaires de grande qualité, nous avons trop vite lâché les efforts et c'est notre problématique à l'heure actuelle, relève Rémi Giuitta, l'entraîneur fosséen. Déjà en termes de niveau, la Jeep Élite est déjà compliquée, si en plus tu fais moins d'efforts, tu es puni. Dans le haut niveau, tu ne peux pas faire les choses à moitié, gérer... Il faut être tout le temps à fond."

Arriveront-ils à relever la tête ce soir face au Mans ? C'est essentiel, même face à une équipe championne de France en titre mais pas encore assurée de participer aux play-off. Un rival décidé et ambitieux certes.

Mais peu importe pour le "Maire" Mamadou Dia et ses 41 ans. Son temps de jeu est moins important cette année, mais le discours du capitaine emblématique des Provençaux reste fort. "Ils pourraient même être champions d'Europe, cela ne change rien. Désormais, c'est une histoire de maintien. Sur les deux derniers matches, nous nous sommes un peu perdus. Alors peu importe l'équipe que nous avons en face, il faut que l'on montre autre chose par rapport à tous les sacrifices que nous avons fait ensemble. Même si on perd, il faut sortir du terrain la tête haute. Il faut voir dix, douze soldats. Nous avons des finales : demain (ce soir) et mardi. On ne calcule pas qui est devant nous.

Le staff fosséen devrait pouvoir retrouver une partie de ses forces vives pour ce sprint final

"Quand ils viendront ici, dès la première minute, il faut qu'ils voient dans nos yeux qu'il n'y aura rien pour eux. C'est important de montrer ce visage-là, on est là pour sauver le club." Et dans ce domaine, Dia sait de quoi il parle avec sa 14e saison en jaune et noir. Une certitude donc, le côté dramatique va monter en intensité jusqu'au 18 mai et la venue de l'équipe de Tony Parker au Palais des sports de Marseille. D'ici là, les Fosséens auront également défié Cholet et Le Portel, deux de leurs rivaux directs pour le maintien... "Déjà, ces matches face au Mans et Le Portel sont importants. Il faut retrouver notre état d'esprit, des valeurs guerrières comme nous avons pu en démontrer par séquences, si on espère réussir une perf face au Mans, insiste l'entraîneur Rémi Giuitta. C'est équipe qui nous est intrinsèquement supérieure, mais Pau l'était aussi et nous avons réussi à lui mener la vie dure. Il faut essayer d'emballer le match. Nous sommes en mode play-offs cette semaine avec le maintien à la clé". Des guerriers, des soldats... Peu importent les termes employés, il faut que les Fosséens soient au rendez-vous ce soir dans une Halle Parsemain qui sera encore copieusement garnie.

Bonne nouvelle également, le staff fosséen devrait pouvoir retrouver une partie de ses forces vives pour ce sprint final. Burrows et Kirksay ont joué les prolongations avec un entraînement perso de plus d'une heure avant l'entraînement collectif, Marcus Dove et Xavier Gaillou sont également de retour sur le parquet. Des atouts qui ne devraient toutefois pas être utilisés ce soir. "Je vais faire le point avec le kiné pour voir si je peux en incorporer dans le groupe, mais je ne pense pas", admet Rémi Giuitta. "C'est proche...", confie pour sa part Jaraun Burrows. Mais avant de compter sur de nouvelles forces vives, il faut créer l'exploit face au Mans. Cela serait idéal pour clore une semaine délicate.

[SOURCE / LA PROVENCE]