Viaduc de Martigues, c'est l'heure de la bascule !.

2 juillet 2020 à 6h57 par Patrick MONROE

RADIO CAMARGUE

C'est un chantier sous pression et chronométré. Suspendu à 50 mètres de haut, qui se joue au-dessus du chenal de Caronte, sur ces 874 mètres qui composent le viaduc. Deux mois chrono pour un retour à la normale juste avant la rentrée, et un remake de l'été dernier à refaire le bitume. Avec des chiffres qui donnent le vertige. "8 500 m² d'enrobé coulés, 800 tonnes de matériaux rabotés, 40 à 50 personnes lors des pics de travaux", souffle-t-on du côté de la Direction interdépartementale des routes Méditerranée (Dirmed),le maître d'ouvrage.

Sept semaines à haute cadence surtout, après les premières manoeuvres en amont, depuis le 22 juin déjà, pour préparer les déviations et les balisages.

Dès les prochaines heures, une armée de camions va débouler pour l'enlèvement du bitume et l'approvisionnement. Une configuration et un balai en nocturne qui résument la cadence infernale tout l'été. Une cure de rajeunissement commencée en 2012 (lire ci-dessous) pour pérenniser un ouvrage presque cinquantenaire, et le mettre aux normes antisismiques entre autres.

Une nouvelle phase de travaux aujourd'hui, comme un dernier sprint (sur la route du moins), depuis ce matin, 6 heures, où devait se déroulait la fameuse bascule du trafic sur une seule rive (côté étang). Un pont en mode dégradé ou contraint "jusqu'au vendredi 28 août," a annoncé la Dirmed pour une libération totale du sens Fos-Marseille. "L'opération consiste à travailler sur l'étanchéité des ouvrages béton, l'assainissement et le renouvellement des chaussées", rappelle Stéphane Leroux, chef de service des politiques d'exploitation. En clair, on va d'abord raboter et dérouler un enrobé tout neuf (sauf sur la partie centrale) au bout de cette opération quand même complexe avec "la dépose des matériaux existants amiantés".

[spurce / La Provence]

Même réduite dans le temps, même en plein été et son air de vacances, sur un ouvrage emprunté d'ordinaire par 80 000 véhicules au quotidien, l'opération entraînera des perturbations du trafic. "Ces travaux impliquent la libération totale d'une partie des voies circulées, une réduction de la circulation à 2x2 voies avec suppression de la bande d'arrêt d'urgence".

Autre enjeu important, le retour à une limitation de la vitesse à 50 km/h sur l'ensemble de l'ouvrage. Bon à savoir, il faut s'attendre à ce que les radars autonomes, plus communément appelés radars de chantier, ressortent du bois...

On peut s'attendre à son lot de ralentissements aux entrées du viaduc aux heures de pointe. Les travaux du pont levant étant mis entre parenthèses, dans l'attente de la lumière d'un nouveau plan, l'option centre-ville pourra être tentée... Mais pour tous ceux qui ne font que traverser Martigues, en direction d'Arles ou de Marseille, la Dirmed recommande l'itinéraire via les autoroutes A7 et A54 au nord de l'étang de Berre.