[ TOURISME - ARLES ] Pays d'Arles : l'agglo ACCM développe sa stratégie touristique

25 juillet 2019 à 19h08 par sarah rios

RADIO CAMARGUE

Ornithologie, sites spirituels... la collectivité déploie des moyens pour promouvoir des "niches"

Les intercommunalités ont hérité de la compétence "Promotion du tourisme", après la mise en application de la loi Notre. La communauté d'agglomération Arles-Crau-Camargue-Montagnette a saisi la balle au bond, et, après avoir établi son "projet touristique de territoire", elle développe depuis début 2018 sa stratégie dans ce domaine.

Si Arles et les Saintes-Maries, classées stations de tourisme, ont conservé cette compétence, cela n'a pas empêché une réflexion collective, incluant ces deux communes, à l'échelle du territoire, et même du Pays d'Arles. "Un pôle pertinent", estime Mohamed Rafaï, vice-président d'ACCM en charge du tourisme. Rapidement, les pistes prioritaires ont été dégagées. L'idée étant "de ne pas refaire les choses qui existent, de travailler sur des mutualisations et des partenariats, et de renforcer le tourisme hors saison. Le tourisme de masse, Arles et les Saintes savent faire." ACCM a donc choisi de miser sur cinq "niches", à savoir le tourisme spirituel, de nature, ornithologique, de bien-être et d'affaires, et d'y consacrer une grande partie du budget annuel de 300 000 € alloué à la promotion du tourisme.

Et en un an et demi, du chemin a déjà été parcouru par l'agglo. "Les Saintes-Maries est rentrée dans l'association des villes sanctuaires de France, nous avons donc pu intégrer le cluster tourisme et spiritualité, où il y a tout un volant d'actions sur la visibilité et la promotion du territoire sous cet angle", explique Maryline Faubet, responsable du service promotion du tourisme au sein d'ACCM. Au printemps dernier, quatre voyagistes venus des Philippines avaient ainsi découvert le sanctuaire saintois, où sont honorées Marie Jacobé, Marie Salomé et Sara.

Parcours ornithologiques

Sur le volet ornithologique, les deux parcs du Pays d'Arles (Camargue et Alpilles) devraient coopérer pour mettre en valeur la richesse de l'avifaune locale, et, avec d'autres parcs sur le territoire national, faire émerger des parcours ornithologiques au niveau de l'Hexagone. "Il y a un potentiel clientèle au niveau mondial de 78 millions de voyages à l'étranger, à nous d'avoir un plan d'action commun pour faire émerger la France comme destination ornithologique", plaide Maryline Faubet. Une action pour développer le cyclotourisme est aussi annoncée, avec un diagnostic à venir sur l'itinérance à vélo. Autour du tourisme de nature, c'est la valorisation de la Crau et de la Camargue à l'Est du Grand Rhône qui a été engagée, profitant à la commune de Saint-Martin de Crau et aux Marais du Vigueirat. "Notre idée, c'est de se dire que là où on peut apporter une plus-value, on va le faire, et là nous avions une zone pas si valorisée que cela. L'écomusée, la Maison de la nature et de la chasse, ce sont des lieux extraordinaires, refaits à neuf, plus les Marais du Vigueirat, pourquoi ne pas proposer aux touristes, et aux locaux, des pass communs ? Un programme général est en train d'être construit et va être finalisé", souligne Mohamed Rafaï. "La machine est bien en route, on est au-delà de la construction de nos actions, on a des produits prêts, précise Maryline Faubet. Un travail a été réalisé sur l'ensemble des filières, des outils de communication ont été déployés..." La philosophie, "c'est aller sur des niches peu ou pas exploitées, et de créer un potentiel, insiste Mohamed Rafaï. On a découvert sur le territoire des bijoux, qu'il fallait exploiter. Aujourd'hui le touriste sait faire, donc plus l'offre est pertinente, plus on va l'accrocher."

Un projet collectif qui se met en place

Associer les communes, et les acteurs locaux : telle était l'ambition d'ACCM, en récupérant la compétence de promotion du tourisme. "La méthode, c'est la discussion, le dialogue. Et après, on décide", assure Mohamed Rafaï, vice-président délégué au tourisme. "On prend attache avec les autorités locales pour construire le projet, il n'y a pas d'ingérence, on est dans le dialogue pour mettre en place les actions sur les communes", ajoute Maryline Faubet, responsable de la promotion du tourisme à ACCM. Ce que confirme Ouafaa Boulmakoul, directrice du service population au sein de la mairie de Saint-Martin de Crau mais aussi membre du comité de pilotage "promotion du tourisme" à ACCM. "La ville de Saint-Martin a apprécié d'être acteur de ce projet en construction, cela nous a permis de nous connaître, d'échanger. Et le projet de valorisation de la Crau et de la Camargue à l'est du Grand Rhône est sorti naturellement." Pour la commune de Saint-Martin, qui avait bien un bureau d'information touristique mais qui n'avait pas vraiment misé sur ce créneau, la prise en main par ACCM est donc "tout bénéfice". "La chose importante, c'est que l'on a voix au chapitre, ajoute Ouafaa Boulmakoul. À Saint-Martin, la compétence tourisme n'était pas trop mise en valeur, aujourd'hui, on profite de l'expérience des autres, on apporte aussi notre expérience sur l'agritourisme, mais cela se fait en bonne entente. On a dépassé les préjugés !"

Source: laprovence