Actualités régionales

[ PATRIMOINE - ARLES ] La Camargue inspire le petit et le grand écran

27 février 2020 à 10h06 Par sarah rios

Tony Gatlif tourne en ce moment son prochain film à Arles et ses alentours, comme de nombreux cinéastes avant lui.

On ne cesse de louer sa beauté, sa nature et sa faune. La Camargue, mystérieuse en hiver, apaisante aux beaux jours, ne cesse de fasciner les cinéastes. Il faut bien reconnaître qu'elle offre une vision panoramique sur des terres protégées, promettant de nombreux paysages sauvages que l'on ne croirait pas si géographiquement proches de la deuxième ville de France.

La plateforme de streaming en ligne Netflix a elle-même posé ses caméras en 2018 sur notre territoire, pour le film "At Eternity's gate", de Julian Schnabel, retraçant la vie de Vincent van Gogh à Arles et ses dérives vers la folie. Dans ce drame, les paysages sont rayonnants et les couleurs lumineuses qui donnent une impression de chaleur constante.

Il y a quelques mois, en octobre, c'est l'équipe de France 3 qui filmait les plaines camarguaises pour la suite de son téléfilm "Le Voyageur" avec Éric Cantona (voir bas de page), qui sera diffusé le 17 mars. Une Camargue plus tragique, puisqu'elle accueille l'histoire de familles endeuillées par le meurtre d'un de leurs proches.

En ce moment, et pour 8 semaines en tout, le réalisateur Tony Gatlif tourne des images pour "Tom Medina", son prochain film, qui sortira en 2020. Il a choisi l'hiver pour obtenir une image brute de la Camargue, loin des clichés touristiques, comme il nous l'avait confié (lire notre édition du 18 février). Il a terminé son tournage aux arènes d'Arles, et va continuer avec une scène au Cargo de Nuit. À chaque tournage, des habitants du Pays d'Arles font office de figurants. Mais, nous le savons tous, la seule star ici, c'est la Camargue. [ ... ]

Retrouvez l'article complet ICI

Source: laprovence.fr / Manon Variol avec B.Q