Actualités régionales

Municipales à Arles : Patrick de Carolis a préparé son "agenda du changement".

26 juin 2020 à 17h18 Par Patrick MONROE

"Changer cette ville ne se fera pas en 100 jours !" Alors que son concurrent Nicolas Koukas (Union de la gauche) avait dévoilé la veille son Plan résilience, fruit d'une adaptation à la situation post Covid-19, avec des mesures immédiates à adopter dans les 3 mois après l'élection, Patrick de Carolis (Sans étiquette) a lui aussi dévoilé, hier, son agenda. Un agenda "du changement", avec des rendez-vous fixés dès après le second tour du scrutin, et qui permettront aussi d'engager le travail sur le long terme. "Moi ce ne sera pas 100 jours, mais un labeur de 6 ans. 100 jours, on sait comment ça s'est terminé pour Napoléon. Et après 100 jours, on se roule les pouces ?", raille le candidat arrivé en tête au premier tour (26,41 %).

S'il est élu, Patrick de Carolis commencera par annoncer les délégations accordées aux élus. Puis dévoilera les contours de son plan culturel de l'été et de l'arrière-saison, "avec 13 à 15 événements à valider ou pas de mon côté, en fonction de ce que je vais trouver comme plan (la municipalité sortante en coordonne un pour les semaines à venir, Ndlr). C'est un travail que l'on fera avec l'ensemble des acteurs culturels." Culture, et économie, font partie des urgences à traiter. "Ça, ce sera dans l'immédiateté. Il faut qu'il y ait une saison culturelle. Et dans l'immédiateté il faut qu'il y ait une aide aux acteurs économiques." Dans ce secteur, ce plan d'aide sera "pour passer l'été", avant "un plan de reconquête" qui sera annoncé dans les 15 premiers jours du mandat, et qui sera élaboré après une rencontre avec les acteurs économiques. Autre rencontre qui sera programmée dans la première semaine, celle avec le personnel. "Je veux un renouveau du pacte de confiance avec le personnel, rien ne se fera de grand sur ce territoire sans une équipe municipale motivée", estime Patrick de Carolis.

Pour la deuxième semaine, la cellule économique sera mise en place, comme la première réunion pour préparer le "plan Marshall" propreté et voirie. "Il faut le réussir, parce qu'il va mobiliser un certain nombre de finances. Il faut le préparer, et on le préparera dès le début", avance le candidat. Fin juillet, un conseil municipal permettra de présenter le rapport de la Chambre régionale des comptes, "très attendu", et la délibération sur la vidéoprotection retirée par la majorité sortante lors du dernier conseil municipal en mai, pour "permettre à monsieur Koukas de passer son accord avec monsieur Girard", affirme-t-il. Pour août, un travail sera fait pour le marché, avec de nouvelles règles pour les forains sur la gestion des déchets, alors qu'en septembre, un audit sur les finances de la ville sera lancé, un conseil municipal sera consacré à la stratégie municipale de sécurité, sans oublier la réunion des acteurs de l'environnement "pour mettre Arles sur la voie verte", ou les états généraux des sports.

"Il y a parmi nos citoyens de jeunes sportifs de haut niveau, qui méritent mieux que ce qu'on a aujourd'hui. Je veux en faire des exemples, et je n'ai pas envie qu'Arles les perde", plaide Patrick de Carolis. Qui veut finalement, dès son éventuelle élection, mettre tous les fers au feu. "C'est pour cela que je n'ai jamais dit quelle sera ma première décision, parce qu'il faut tout mettre en marche, tous les jours prendre des décisions, rencontrer des gens, réaménager tel ou tel secteur d'Arles", promet-il, derrière le bureau de sa permanence, place de la République. D'où il aperçoit l'autre bureau qu'il espère bien occuper, à partir de dimanche...

[source / La Provence]