[ENVIRONNEMENT]: face à la sécheresse, les étangs de Camargue sont en souffrance.

19 septembre 2019 à 11h02 par Patrick MONROE

RADIO CAMARGUE

"Si en octobre et en novembre, les pluies ne sont pas conséquentes, 2019 sera critique en termes de pluviométrie et de sécheresse. En ce sens, elle se rapprochera de la situation de 1987, une année de très forte sécheresse." Régis Vianney, le directeur du Parc naturel régional de Camargue (PNRC) ne se veut pas alarmiste, mais la situation est aujourd'hui extrêmement préoccupante pour les cultures comme pour les milieux naturels de ce territoire protégé.

Il a fait chaud, très chaud cet été. Et surtout, il n'a pas plu. "Les espèces de la faune et la flore camarguaises, même si elles sont habituées à subir les conditions extrêmes, sont et seront affectées par cet épisode s'il venait à se reproduire régulièrement dans les prochaines années, explique-t-on du côté du PNRC. Déjà, sur le premier semestre 2019, les très faibles précipitations enregistrées conduisaient à un déficit cumulé de 170 mm par rapport à une année moyenne. Depuis le mois de juin, peu de précipitations significatives ont été enregistrées pour compenser ce déficit". Non seulement, le niveau de l'eau dans les étangs de Camargue est très bas, mais en plus, les taux de salinité enregistrés y sont très importants. Résultat : la ressource piscicole s'en trouve fortement mise à mal.

Et aussi Sécheresse : "alerte renforcée" et "crise" dans le pays d'Aix

Quelles mesures prendre face à cette crise ? "Les années précédentes, il est arrivé que l'on fasse rentrer de l'eau de mer pour compenser le déficit de pluviométrie. Mais dans ce cas, ce n'est pas possible, l'eau des étangs est déjà trop salée et pour les poissons, une trop forte salinité, ce n'est pas bon. Combiné au déficit d'eau, ils manquent d'oxygène. D'ailleurs, les vannes ont été ouvertes à plusieurs reprises pour laisser les poissons qui s'agglutinaient devant les martelières s'en aller à la mer.

[SOURCE / LA PROVENCE]