Actualités régionales

[ ENVIRONNEMENT - COTE BLEUE ] coup de frein à l'accès aux calanques

20 juillet 2020 à 11h45 Par sarah rios
Crédit photo : E.G

À Ensuès, le barrage mis en place le week-end va être étendu à tous les après-midi de la semaine. Au Rove, Niolon et La Vesse sont accessibles seulement aux calanquais les week-ends

"Franchement, à votre avis, quel est l'intérêt de sauter sur les bateaux ou de déféquer sur les quais ? Il y a eu des soirs où la fréquentation de La Redonne a atteint des sommets, du jamais-vu. Il était temps que la mairie réagisse..." Hier matin, en sortant d'une eau frisquette, partant se réchauffer au soleil, cette nageuse approuvait la mesure prise par le maire d'Ensuès, Michel Illac. Celui-ci a décidé jeudi soir, à l'issue d'une réunion avec son groupe, de restreindre sévèrement l'accès aux célèbres calanques de sa commune (La Redonne, La Madrague, Figuières, Méjean...). Dès lundi après-midi, deux barrages seront mis en place du lundi au vendredi. De 14 à 19 heures, seuls les habitants d'Ensuès (*) détenteurs de laissez-passer pourront descendre en voiture jusqu'à la mer comme c'est déjà le cas le week-end

, de 9 à 19 heures. Au Rove (lire encadré), c'est un peu pareil, mais seulement le week-end.

"Depuis douze ans que je suis maire, et trente ans que j'habite ici, c'est la première fois que ce système va être étendu aux après-midi de semaine, précise le maire. Mais à situation exceptionnelle, dispositif exceptionnel..." Cette situation exceptionnelle, le maire l'avoue aujourd'hui, il ne l'a pas vue venir, et il l'attribue en grande partie à la crise sanitaire actuelle. "Il y a l'effet déconfinement, et au-delà de nouvelles habitudes en matière de vacances. On voit bien, en regardant les immatriculations des voitures, que ce sont des gens de la région Paca qui viennent ici passer quelques jours. Ils n'habitent pas très loin, et arrivent en masse dans les calanques".

D'où des problèmes d'accès, sur ces petites routes surplombant la mer, aussi tortueuses et étroites que charmantes, et de stationnement. Voire, ce qui a suscité l'ire de nombreux riverains du port, d'incivilités assez hallucinantes, comme celles décrites par notre nageuse émérite : "Les riverains ont vécu des soirées difficiles, avec du boucan... Et des réveils aussi pénibles, avec des déchets jonchant le sol."

D'où la décision du maire, prise plus rapidement que prévu. "Je pensais signer l'arrêté la semaine prochaine, mais vu l'urgence de la situation, je l'ai fait hier, après une réunion avec mon groupe jeudi soir. Il faut que les calanques retrouvent leur calme rapidement, ce qui ne pourra se faire qu'au prix d'un effort collectif. Je m'en suis ouvert auprès du sous-préfet, de la compagnie de gendarmerie d'Istres, et des moyens vont être développés pour faire face à la situation." [ ... ] 

Retrouvez l'article complet ICI

Source: laprovence.com/Éric Goubert avec A.T.