[ ENVIRONNEMENT - CAMARGUE ] En Camargue, les oiseaux protégés des lignes électriques

22 juillet 2019 à 6h38 par sarah rios

RADIO CAMARGUE
À environ 200 mètres des gros camions bleus de l'entreprise, les toros de combat de la ganaderia Giraud observent, tranquilles, les techniciens d'Enedis accomplir leur mission. C'est là, au Sambuc, sur cette ligne moyenne tension en plein c-ur du parc naturel régional de Camargue, qu'ils ont installé des dispositifs avifaunes voués à protéger les oiseaux qui ont trouvé, sur ce territoire, un terrain de jeu idéal. Sauf que voilà, les lignes électriques peuvent parfois être fatales aux volatiles qui se posent sur les pylônes. "Les oiseaux, notamment les rapaces, se perchent souvent au sommet des poteaux électriques, qui constituent des zones d'affût idéales. Mais lorsqu'ils redécollent, ils peuvent toucher les fils⬦", explique Robin Lhuillier, de la LPO (Ligue de protection des oiseaux). Il y a quelques semaines, c'est un jeune aigle de Bonelli qui a été retrouvé mort, au pied d'un des pylônes, dans ce secteur du Sambuc. "Nous sommes dans un espace protégé, et l'aigle de Bonelli est une espèce très rare, il n'y en a que quelques couples dans les Alpilles, et les jeunes viennent majoritairement passer leurs premiers hivers en Camargue car c'est un bon terrain de chasse, précise Robin Lhuillier. L'Aigle de Bonelli, c'est un des symboles, mais j'ai aussi vu sur la route en venant un héron pourpré, une espèce en danger critique d'extinction⬦" Profitant d'un partenariat avec Enedis, qui exploite le réseau électrique moyenne tension, la LPO a donc priorisé une mise en sécurité sur ce secteur. Depuis le début de semaine et jusqu'à hier, les techniciens, en plus d'une action de maintenance sur le réseau, sont donc intervenus sur une cinquantaine de pylônes et autant de dispositifs avifaunes ont été installés. Parfois, il s'agit de nichoirs placés au-dessus des poteaux, mais principalement ce sont des sortes de boîtiers en plastique rigide qui sont placés pour entourer le fil électrique central, un dispositif isolant qui permet d'éviter l'électrocution de l'oiseau au décollage. "Vu le territoire que nous avons, très riche au niveau avifaune, les réseaux aériens constituent un handicap pour les oiseaux. Si on peut réduire leur impact, ce n'est que mieux, se réjouit Régis Vianet, directeur du parc naturel de Camargue. Les espèces vulnérables en termes de conservation méritent toute notre attention." Sur le sujet, Enedis semble sur la même longueur d'onde. Depuis plus de 10 ans, un partenariat existe avec la LPO, et une convention devrait même voir le jour entre l'opérateur, la LPO et le parc de Camargue. "Cela fait partie de nos actions autour du développement durable. En tant qu'acteur du service public, on ne peut pas ne pas prendre en compte cet aspect-là", indique Denise Ruiz, chargée de mission chez Enedis pour toutes les questions environnementales et sociétales. Pour le parc de Camargue, l'entreprise est devenue un partenaire incontournable, puisque, outre les dispositifs de mise en sécurité, un travail est également mené pour l'enterrement des lignes électriques. "Le Parc travaille depuis les années 80 sur cette question, on a enterré plus de 300 kilomètres de lignes en Camargue", souligne Régis Vianet. Une volonté de "libérer le paysage", bien comprise par Enedis, ou RTE, l'autre opérateur qui gère, lui, le réseau haute tension. Une vaste opération de ce type avait d'ailleurs permis, en septembre dernier, de faire disparaître du paysage une centaine de gros pylônes en pleine réserve naturelle, sur les terrains de la Tour du Valat. Des agents très spéciaux Les techniciens qui sont intervenus sur ce chantier sont spécialisés dans les travaux sous tension. Ces équipes interviennent sur des installations sous tension pour maintenir ou raccorder des réseaux aériens HTA, afin de contribuer à la satisfaction du client par la réduction du nombre de coupures électriques pour travaux. L'intervention de ces équipes nécessite une prise en compte permanente de la prévention. Ce sont des professionnels de la sécurité dont les protocoles lors d'une opération sont très rigoureux. L'agence des TST est composée de 30 personnes, et ces agents très spéciaux sont répartis sur deux sites dans la région, à Avignon et à Marseille. Source : Laprovence