Actualités régionales

[ ENVIRONNEMENT - BAUX DE PROVENCE ] La Ligue de défense des Alpilles inquiète pour Les Baux

10 février 2020 à 10h45 Par sarah rios

L'association a déposé un recours contre un projet hôtelier dans le village.

Samedi,à Maussane-les-Alpilles, les adhérents de la Ligue de défense des Alpilles ont fait le point sur les actions menées sur le territoire tout au long de l'année. Les dossiers chauds n'ont pas manqué. Petit tour d'horizon avec la présidente Françoise Franjus.

Le schéma de cohérence territorial (Scot) du Pays d'Arles, annulé en 2018 par le préfet, a été révisé en 2019. Pourtant, vous vous opposez toujours à ce Scot qui organise le développement et l'aménagement du territoire. Pourquoi ?
Françoise Franjus : Le Scot a été révisé, prenant en compte une partie de nos remarques, notamment sur la nécessité de conserver les terres agricoles, mais il présente selon nous encore trop de consommation d'espaces, avec le développement de zones d'activités, le MIN à Châteaurenard ; la zone logistique à Saint-Martin-de-Crau par exemple. En 2019, dans les Bouches-du-Rhône, nous avons comptabilisé 1 859 ha de terres agricoles menacées. Elles risquent de disparaître. Avec cinq autres associations, nous avons déposé un recours contentieux. Nous attendons que le tribunal se prononce.

La situation particulière des Baux-de-Provence est une source d'inquiétude pour votre association ?
Françoise Franjus : En effet, le décret Malraux protégeait ce site exceptionnel avec deux périmètres : l'un très restrictif sur la citadelle, l'autre un peu moins restrictif sur le hameau d'en bas, ceci en lien avec un plan d'occupation des sols qui jusqu'en 2016 était lui aussi très restrictif. Or, le décret Malraux a été remplacé par les sites patrimoniaux remarquables. Si le périmètre est prédéfini, les préconisations ne le sont pas encore. Un premier plan local d'urbanisme a été retoqué, et le nouveau est en cours. Pendant ce temps, la commune est sous la réglementation RNU (Règlement national d'urbanisme, Ndlr) qui s'applique à toutes les communes dépourvues de PLU, et qui est beaucoup plus permissif. Deux permis de construire ont été déposés et accordés, dont l'un situé sur un grand terrain du village d'en bas, à proximité de Baumanière qui souhaite s'agrandir. Il s'agit de 1 000 m² d'emprise au sol, et de 1 700 m² de plancher. Nous avons déposé en juin 2019 un recours gracieux auprès de la mairie et du porteur de projet. Mais pas de réponse. Nous avons donc déposé deux recours contentieux au cours du mois dernier. Nous pensons que ce projet n'a pas été instruit de manière suffisante. En l'absence d'un PLU abouti, et pendant la redéfinition des règles de protection du site, la commune aurait dû utiliser sa possibilité de surseoir à statuer, ce qu'ont fait d'autres communes moins prestigieuses dans ce cas.

À Maussane, une affaire ancienne, le dossier Monblan, semble enfin aboutir ?
Françoise Franjus : Oui, nous en parlons depuis 1999 à presque chaque assemblée générale. Il s'agit de 3 hectares de prairie, situées sur le piémont des Alpilles, route de Mouriès [ ... ]

Retrouvez l'article complet ICI

Source: Laprovence.fr / O. Lemierre

Photo: J. Rey