[ECONOMIE]: Gare de la future ligne T2 à Nîmes : les riverains montent au créneau.

16 septembre 2019 à 7h53 par Patrick MONROE

RADIO CAMARGUE
Les inquiétudes des riverains portent principalement sur le stationnement, la sécurité des piétons…

La gare du futur trambus prend forme place Laennec. Nîmes Métropole et l’entreprise Colas, chargée des gros travaux, multiplient donc les séances d’informations auprès des riverains. Des informations qui ne semblent pas satisfaire tout le monde…

80 places gratuites perdues

Rose et Bertyl Soutoul ont une entreprise directement impactée par ces travaux et ce n’est pas la réunion à laquelle ils étaient invités le 6 septembre qui les a rassurés, bien au contraire. "Nous avons été mis devant le fait accompli, sans apport de réponses sur des points bien précis", explique Bertyl Soutoul, plutôt remonté. Il faut rappeler que la place Laennec sera une plaque tournante de la desserte du T2. Le gros problème mis en avant est le stationnement, sujet de discorde important.

"Le parking de 41 places sera réservé exclusivement aux usagers du tram et des bus desservant la Vaunage, huit malheureuses places étant prévues rue Laennec pour le visiteur lambda. Nous perdons donc 80 places gratuites. Est-ce la mort de nos commerces programmée par les instances de l’Agglo ? Aujourd’hui, sans stationnement, le commerce est mort. Au départ, un parking de 220 places était prévu ! À cela s’ajoute le fait que le lieu servira de terminus pour les bus de liaison, d’où un emplacement réservé à ces derniers pour réaliser leurs manœuvres. Tout cela ne nous avait pas été précisé."

Un bassin de rétention sous le parking

Deux autres sujets préoccupent le couple d’artisans. D’abord, la création d’un bassin de rétention enterré sous le parking : "Qu’en sera-t-il en cas de fortes précipitations ? Quel sera son impact sur l’environnement, odeurs, pollution, respect de la réglementation en vigueur ?"

Enfin, la sécurité piétonne : "Le trottoir devant nos commerces ou habitations va passer de 4 m à 2, 80 m de largeur, d’où une dangerosité accrue pour les riverains sortant de chez eux et pour les clients des commerces ou passants occasionnels. Il faut mettre en place une sécurité efficace qui allie aussi l’esthétisme et le bon goût. Des panneaux en fer forgé semblent plus adaptés qu’aux potelets actuels."

Et Bertyl Soutoul de conclure : "L’enjeu sur la mobilité, les transports et l’avenir du territoire, ne doit pas se faire au détriment des activités professionnelles et humaines. Les commerçants doivent se grouper pour n’être qu’une seule voix sur tous ces problèmes."

[SOURCE / MIDI LIBRE]