[ ECOLOGIE - ISTRES ] "L'écologie, c'est la culture de la vie, tous les jours"

25 juillet 2019 à 19h20 par sarah rios

RADIO CAMARGUE

Le maire revient sur toutes les actions "vertes" portées par la commune.

Depuis quelques jours, les affiches sont déployées dans toute la ville : "La Ville d'Istres s'engage en faveur de l'environnement". Engagée serait plus judicieux tant la commune, depuis plusieurs années maintenant, montre l'exemple dans un domaine devenu essentiel pour bien des citoyens. "Le catalogue des mesures est fourni, commente François Bernardini. Mais il convient de placer l'écologie comme nous la ressentons. Ce n'est ni la priorité, ni la propriété des écologistes. Elle est du domaine du droit commun et du domaine commun de tous les administrés. L'écologie, c'est la culture de la vie. Et la vie se déroule tous les jours. Elle doit donc être accompagnée par des mesures qui relèvent du quotidien". Entre les européennes de juin dernier et les municipales à venir, le maire pointe : "L'écologie, cela ne peut pas être non plus l'apanage d'un parti car, pour moi, un parti, ça va, ça vient ; ça monte, ça descend. Obligatoirement, ça fragilise. Nous, nous devons tout englober et, surtout, donner un côté durable". D'où, selon lui, "la nécessité de coordonner des actions dans un caractère permanent et, surtout, pour tous". En ce sens, "notre rôle est actif. Nous sommes des promoteurs authentiques mais notre action ne peut que s'associer à l'union de tous nos habitants. La pédagogie, l'incitation, l'adaptation, qui doivent être les critères d'un changement, du cadre d'un contexte meilleur, ne peuvent être réussies que par la compréhension, la conscience de tous".

Contre certains "comportements disgracieux face aux normes des choses" qui perdurent, le défi des élus, Yves Garcia, adjoint délégué en tête, est "d'amener les gens à changer d'attitude. Mais il faut, nous mêmes, montrer l'exemple".

"Nous devons englober et, surtout, donner un côté durable" 

Et François Bernardini de citer le passage de l'éclairage public municipal en leds : "Ce n'est pas qu'une raison d'économies, bien qu'au bout de dix ans, ça fera 10M€. Si nous sommes la première ville d'Europe qui a changé tout son réseau électrique, c'est pour la luminosité mais aussi pour créer un sentiment de bien-être et de sécurité".

Le maire associe volontiers la Métropole à la démarche globale d'un territoire qui contribuera, sur Istres, à l'ouverture d'une "maison qui sera dédiée à l'énergie, l'économie d'énergie et au développement durable. Un show room où seront présentés tous les éléments de la conception, la construction ou la rénovation de l'habitat. Les meilleures utilisations pour un moindre coût et un rendement meilleur". Cette maison reposera sur un terrain avec, "là aussi, une borne de recharge électrique pour inciter. Il y aura un jardin potager, des agrumes, une façon d'appréhender la nature, aussi démonstratif que la domotique".

Sur les espaces naturels, outre l'incitation au débroussaillement et la création du CCFF l'an dernier contre les risques d'incendie, le maire met en avant le parc de l'Olivier, "un nouvel espace aménagé pour que la faune, la flore, soient étudiées par nos plus jeunes. Un site remarquable, qui n'est pas fini".

Depuis 2014, deux trophées sont venus distinguer ces efforts : celui des "territoires électromobiles" pour son parc automobile électrique et le prix "énergies citoyennes" pour l'action dans la maîtrise de la consommation d'énergie.

Source: laprovence