Actualités régionales

[Coronavirus] : vers six semaines de confinement... au moins

25 mars 2020 à 09h47 Par Patrick MONROE

Le conseil scientifique a rendu son avis pour combattre la pandémie de coronavirus.

Le conseil scientifique de l'exécutif sur le Covid-19 a estimé "indispensable de prolonger le confinement" en France, éventuellement jusqu'à "six semaines au moins", dans un avis rendu public hier. "Le confinement durera vraisemblablement au moins six semaines à compter de sa mise en place" le 17 mars, écrit le Conseil, qui dit également "considérer nécessaire un renforcement du confinement", sans se prononcer sur les modalités exactes.

Sortant d'une réunion à l'Elysée, le ministre de la Santé Olivier Véran a toutefois insisté que la durée de six semaines mentionnée n'était qu'une "estimation". "Le conseil scientifique s'est exprimé en donnant une estimation, je parle bien d'une estimation, parce que si vous posez la question à tous les membres du conseil scientifique, personne n'est capable de vous dire avec précision (...) ils ont dit : il faut peut-être se préparer à ce que le confinement dure au-delà de 15 jours (durée minimale annoncée initialement, ndlr), nous le savons, mais peut-être qu'il pourrait s'étendre jusqu'à une date plus lointaine de 5 ou 6 semaines encore une fois, grande prudence", a-t-il ajouté. "Si nous avons la possibilité de lever le confinement plus tôt, nous le ferons évidemment", a-t-il insisté, en réitérant que l'avis du Conseil était "une estimation parmi d'autres".

Et aussi Coronavirus : voici la nouvelle version de l'attestation de déplacement dérogatoire

Dans leur avis, les membres du Conseil estiment encore que "le confinement est actuellement la seule stratégie réellement opérationnelle, l'alternative d'une politique de dépistage à grande échelle et d'isolement des personnes détectées n'étant pas pour l'instant réalisable à l'échelle nationale. Le confinement doit être strictement mis en oeuvre et bénéficier d'une large adhésion de la population, comme ceci semble être le cas".

Concernant son efficacité ils soulignent également que "trois semaines (...) sont nécessaires pour obtenir une première estimation de son impact". Une décision de sortie "pourra être prise sur la base d'indicateurs épidémiologiques indiquant notamment que la saturation des services hospitaliers, et des services de réanimation en particulier, est jugulée. Le gouvernement devra en outre s'assurer que les éléments d'une stratégie post-confinement sont opérationnels." Les membres émettent également un "point d'alerte" sur "la pénurie réelle ou ressentie de divers types de matériels, à commencer par les matériels de protection sanitaires indispensables". Ils recommandent "de faire preuve d'une entière transparence et de plus de clarté, afin de répondre aux questions que se posent les hôpitaux et les soignants quant aux stocks existants et à la manière dont les services seront approvisionnés".

Par ailleurs, Jérôme Salomon, le directeur général de Santé, a affirmé hier que le nombre de tests réalisés est passé à 9 000 par jour, avec pour "objectif" 10 000 à la fin de la semaine et le double la semaine prochaine.

[source / la Provence]

Par François Tonneau