[ CONSOMMATION - FRANCE ] Le chéquier va bientôt disparaître en France : un mode de paiement en déclin

2 juillet 2020 à 12h20 par sarah rios

RADIO CAMARGUE
Crédit: PIXABAY

Les Français sont pourtant des adeptes du chéquier, mais pourtant petit à petit il est de moins en moins utilisé et il risque de ne plus exister.

Le chéquier, tout un symbole il y a encore quelques années. La preuve d'une ouverture d'un compte en banque. Rappelons également que c'était aussi le symbole de l'émancipation. Le 1er juillet 1965, la loi française autorise (enfin) les femmes mariées  (et oui mariées !)  à disposer de leur argent sans l'accord de leur mari et les femmes peuvent signer des chèques. Ce n'était qu'il a 55 ans...

C'est désormais une période obsolète. Et la carte bancaire a remplacé de plus en plus ce petit carnet en papier qui a la particularité d'être gratuit. 

Comme le précise Ouest France, la France est le pays d'Europe où sont signés le plus de chèques : 7 sur 10. Dans de nombreux pays, le chéquier a d'ores et déjà disparu.

Des moyens plus modernes

Le paiement par chèque est de plus en plus abandonné au profit de celui de modes plus modernes : la carte bleue, les paiements sans contact, les paiements mobiles, par téléphone, les virements de plus en plus simplifiés...

Et la jeune génération le délaisse de plus en plus logiquement...

Des modes plus sécurisés

Autre souci avec le paiement par chèque, c'est le moyen le moins sûr. La fraude aux chèques est courante. Il faut dire qu'il suffit d'une signature.

C'est pour cela que les alternatives aux paiements par chèque ont été développées par les pouvoirs publics.

Pas très écolo

À l'heure du tout numérique, la fabrication de carnet de chèques peut paraître peu écologique. 

Très chers

C'est un coût non négligeable pour les banques. Le chéquier étant gratuit, il faut quand même le fabriquer et le traiter au moment de l'encaissement de manière manuelle. Alors certaines banques limitent au maximum la remise de chéquier à ses clients ou encore le nombre de chèques par carnet. Tout pour dissuader d'utiliser ce mode de paiement. 

Les jours des chèques sont donc apparemment comptés mais aucune date n'est pour l'heure fixée. Cela se fera peut-être naturellement avec l'abandon de ses usagers.

Source: midilibre.fr/Laura Ducos