Actualités régionales

[ BON PLAN SORTIE - ARLES ] En place pour la Feria !

15 avril 2019 à 11h44 Par Patrick MONROE

L'ouverture de l'Espace toros à Gimeaux marque le lancement des festivités, jusqu'au week-end prochain.

Cest parti ! Le petit coup de ciseaux de la Reine d'Arles donné au ruban bleu et jaune, a symboliquement marqué, hier matin, l'ouverture de l'Espace toros, aux corrales de Gimeaux. Le public, nombreux, a pu observer le bétail qui fera face aux toreros sur le sable des arènes, la semaine prochaine, à l'issue d'une petite cérémonie qui a permis de lancer les festivités. Le rituel est désormais bien rodé, et avant de laisser les visiteurs déambuler autour des corrales, les élus ont pris le micro, rappelant tous l'importance d'un événement qui va bien au-delà des seuls quatre jours de fête.

"La Feria, c'est la culture de notre territoire, de notre pays. C'est le moment d'expressions et d'émotions particulières, mais ce sont aussi des économies, des métiers...", a ainsi souligné le maire Hervé Schiavetti. David Grzyb, premier vice-président d'ACCM, a remercié les personnes présentes qui contribuent "à ce que la tauromachie soit au coeur de notre culture."

"La Feria, c'est d'abord la fête du peuple d'Arles, qui sait défendre ses valeurs, et qui est fier de pouvoir les transmettre à la jeune génération", a poursuivi le conseiller départemental Nicolas Koukas. Le conseiller régional Cyril Juglaret a été dans la même veine, parlant de la Feria comme "d'un moment où l'on fait une pause, au-delà de tous les clivages politiques, et où l'on se regroupe autour d'une identité, un art de vivre communs." Idem pour la députée Monica Michel, qui a évoqué "la célébration de nos traditions."

Nulle part ailleurs en France

Au moment où la corrida est régulièrement attaquée par ses opposants, les discours des élus, hier, se voulaient fédérateurs. Jean-Baptiste Jalabert, à la tête des arènes d'Arles avec sa soeur Lola, a de son côté présenté la feria d'une manière plus tauromachique. "Le niveau de cette Feria est très, très important. Nous avons des figuras que l'on ne verra pas ailleurs en France, Morante, Manzanares, a-t-il expliqué. Il y a aussi ce retour exceptionnel, cette surprise que l'on attend tous, Chamaco, qui a choisi les arènes d'Arles pour toréer pour la première fois depuis 20 ans. Nous avons ce mano a mano entre deux Arlésiens. Plein de moments importants nous attendent ce week-end, avec une tauromachie et des goûts différents. Ces corridas ont éveillé un grand intérêt.

[SOURCE/ LA PROVENCE]