Actualités régionales

[ENVIRONNEMENT - MARTIGUES]: POLLUTION DE L'AIR: LES INDUSTRIELS CONTRE-ATTAQUENT A MARTIGUES.

08 novembre 2018 à 16h22 Par Patrick MONROE

"Les industriels ne sont pas des assassins". C'est le titre choc d'un communiqué publié hier par l'UPE 13. Johan Bencivega, président de cette instance représentant les chefs d'entreprise, entend ainsi prendre les devants, avant la plainte que l'association ADPLGLF (Association de défense et protection du littoral du Golfe de Fos) va déposer demain après-midi à Aix-en-Provence. Celle-ci, comme annoncé lors d'une réunion publique du 17 octobre à Fos (Lire La Provence du 18), a décidé d'aller en justice en portant plainte contre X pour "mise en danger délibérée de la vie d'autrui". En ligne de lire, la pollution générée par les usines, tout comme leur contrôle géré par les services de l'État.

Une première du genre dans la région, portée et financée par l'association, avec les conseils de deux avocates, Me Andreu et Me Games, dont le but avait été résumé d'une autre formule lapidaire par Daniel Moutet lors de cette réunion : "L'objectif c'est de faire peur, de provoquer une prise de conscience. Parce qu'une entreprise peut être condamnée pénalement. Ce qui a forcément un impact auprès de ses dirigeants." René Raimondi, maire de Fos-sur-Mer, avait néanmoins tempéré : "Il faut continuer à promouvoir l'industrie en France, c'est une réalité. Cette plainte, ce n'est surtout pas une déclaration de guerre contre l'industrie ! Nous voulons aussi viser les autorisations d'exploiter qu'on leur donne." Le cumul des pollutions est aussi régulièrement évoqué, de même que les dépassements de rejet des établissements, dont les avocates assurent avoir des preuves.

En portant plainte contre X, l'association "ne vise personne en particulier, mais tout le monde", comme l'avait expliqué Me Andreu. À ce jour, plus de 110 personnes ont souhaité s'associer à sa démarche, qui a donc provoqué cette réaction courroucée du président des patrons du département.

Daniel Moutet confirme que les plaintes seront bien déposées

Tout en mettant en avant un nouveau dispositif, la concertation baptisée "Réponses" (lire ci-dessous), le président de l'UPE rappelle "que le vrai défi est avant tout de préserver la santé des populations, tout en maintenant et développant l'emploi. Les militants écologistes à l'origine de la plainte visent très directement des industriels locaux, dont l'activité serait accusée de provoquer des maladies chroniques graves. La qualification de "délibérée" présuppose un acte volontaire, voire prémédité, et s'utilise habituellement à l'encontre de criminels, d'assassins et relève d'une juridiction pénale. L'UPE 13 juge inacceptable que de telles accusations soient proférées à l'encontre de chefs d'entreprise."

Dans ce texte offensif, Johan Bencivega évoque aussi les efforts et les investissements des industriels. "Des sommes colossales, autour du milliard d'euros, ont été mises en jeu, et ça va continuer ! Comment peut-on croire qu'un industriel ne traite pas ce sujet, alors même qu'il passe ses journées sur son site ? Notre volonté, c'est de développer l'emploi et la santé, et pas l'un sans l'autre !"

La plainte de l'association fosséenne, Johan Bencivenga la qualifie encore de sabotage. "La démarche "Réponses" va nous permettre de tous nous retrouver, avec des gens qui auraient porté plainte les uns contre les autres juste avant ? C'est insensé et surtout triste de se servir de thèmes aussi importants à des fins bassement électoralistes, pour des gens dont c'est finalement le fonds de commerce. L'UPE 13 demande officiellement que cette plainte soit jugée irrecevable par la justice".

Daniel Moutet confirme que les plaintes seront bien déposées demain, alors que Johan Bencivenga espère encore l'inverse. Ce sera ensuite à la justice de se prononcer sur leur recevabilité.

[SOURCE: LA PROVENCE]